La fiscalité d’entreprises à Madagascar : son mécanisme, sa spécificité

L’implantation d’une société dans un pays est conditionnée par une bonne connaissance des coûts liés à la gestion du personnel, ainsi qu’aux différentes charges telles que la prévoyance sociale, l’assurance-maladie et en particulier, la fiscalité d’entreprises.

Pour cette dernière, il appartient à la société de calculer elle-même ou liquider elle-même son impôt. Ensuite, le déclarer auprès de l’administration fiscale.

Cette méthode paraît simple à premier vu, mais en pratique la vigilance est de rigueur, car calculer soit même son impôt revient à maîtriser déjà la réglementation fiscale, puis maîtriser le mode de calcul pour chaque type d’impôts, ainsi que la fréquence de la déclaration (mensuel, bimensuel ou annuel). En effet, pour chaque retard, erreur, ou incohérence dans la déclaration, la société risque une pénalité fiscale ou  un contrôle fiscal.

Types d’impôts

En général, une société est soumise à quatre types d’impôts, à savoir :

En savoir plus sur les principales déclarations fiscales à Madagascar

Le régime fiscal idéal pour mon activité

Avec son taux relativement bas de 5%, l’impôt synthétique (IS) semble être la meilleure solution. Pourtant, le choix du régime fiscal est crucial, et plusieurs paramètres sont à observer.

En effet, l’impôt synthétique est calculé à partir du chiffre d’affaire annuel de la société. Elle est avantageuse pour les sociétés ayant un chiffre d’affaire moindre. Par contre, pour une société ayant un chiffre d’affaire conséquent, il convient d’adopter le régime IR (impôt sur le revenu) qui est assis sur les bénéfices NET de la société.

Besoin d’un accompagnement en matière fiscale, faire appel à MDG Services.

Nous vous accompagnons :